La vocation détournée… / le MINOLTA X 700.

8328683848_cb71e42050_b

Août 1991. Il me vient à l’idée d´avoir un boîtier back-up. Idéalement un deuxième XD11, sinon un boîtier XG-1, ce qui me paraissait plus probable et accessible. Quelle ne fut pas ma surprise de trouver chez Henri Leclerc Caméra, un boîtier X-700. Marché conclu !

Durant la même fin de semaine, je me retrouve à Chicoutimi avec Marie-Claude Smith et on fait une visite chez Caméra Expert pour acheter du film. J´en suis ressorti avec un moteur MD-1. Rien de moins !

En l’espace de quelques jours, je me suis retrouvé, sans même prendre le temps de respirer, avec un boîtier X-700 avec moteur et le XD11 comme back-up…

Et pourtant… Ma première expérience avec un X-700 fut loin d’être heureuse ! A l´automne 1985, je visite Gagnon en pleine démolition. Les bulldozers sont en train de coucher le centre d´achat par terre, la piscine est devenue extérieure et puisque le XD11 est en réparation (le « 5 ans plus tard »…), j’ai emprunté son X-700 à mon amie Marcelle Chabot. Dans mon sac, j’ai un loader avec 100 pi de film EPD 404 (Ektachrome professionnel 200 iso), assez de cassettes pour vider le loader. Je me sens sur le point de prendre mon pieds comme jamais avec un sujet pareil. Au bout d´un film, le X-700 ne répond plus. Les piles sont mortes. Les deux boîtiers sont alimentés par des piles S-76. J’ai toujours des piles de rechange avec le XD11 mais elles sont installées sur la courroie dans un compartiment en plastique conçu à cet effet et, bien sûr, la courroie est avec le kodak à Québec. Le même gugusse en plastique est installé sur la courroie du X-700. J´ouvre, C´est vide…

Marcelle avait aussi cette très bonne habitude d´avoir des piles de rechange dans le gugusse en plastique mais avait dépanné un twitt de stagiaire peu de temps auparavant. Assez twitt pour ne pas les lui remettre plus tard. Et comme le tracteur est déjà passé sur le dépanneur…

Jamais, comme ce jour-là, je ne me suis ennuyé d´une vitesse mécanique. Je m’étais juré que jamais je ne posséderais un foutu X-700…

Reste que le X-700 est une machine plus que crédible. Elle était encore produite par Minolta, 18 ans après son apparition sur le marché. C´est un retour au lourd et encombrant mais dans une moindre mesure qu´avec le SR-M et à peine un peu plus qu´avec le XE-5 mais avec la motorisation en plus. Un look plus pro que le XD11, mais moins « glamour », trop « edge » pour le boitier.

Mais on se reprend avec la poignée, très anatomique. Le MD-1 a beaucoup fait pour le plaisir d’utilisation. Pour tout dire, l´ergonomie du X-700 est sans reproche.

Usé à la corde, vint le jour où l’obturateur s’est mis à « coller » au déclenchement. Le verdict, c’est comme un cancer stade 4…

Publicités